Aller au contenu principale Accéder au menu
LE MÉDIA 100% DÉDIÉ À LA MOBILITÉ

Renault digital assets

Article(s) correspondant au tag:

Mobilité

Débat AgoraNews-Automobility – Mobility manager(euse) : un poste d’avenir !- Partie I

La mobilité vue par une Mobility Manageuse : Hélène Billon chez Orange face à Georges Amar : universitaire, chercheur et auteur d’Homo Mobilis. Une première partie sur cette fonction complexe qu’est celle du Mobility Management… En quoi consiste ses fonctions qui réunissent tout à la fois le : fleet management, le travel  management, la flotte de téléphones professionnels, les salles de vidéo-vise-conférences et les divers bâtiments du groupe; soit un budget des plus conséquent et stratégique en lien avec la direction générale, les achats, les RH et le RSE, c’est dire !

Suivez-nous et likez !

Débat AgoraNews-Automobility – Les outils du Mobility management-Partie III

Troisième partie du débat en Georges Amar et Hélène Billon (Orange). Elle porte sur les outils indispensables à la mobilité du 21e siècle… Applis, smartphones, véhicules, infrastructures bâtiments, parking… Tous connectés !

Suivez-nous et likez !

Débat AgoraNews-Automobility – Mobilités et Mobility management-Partie IV

Quatrième partie de ce débat sur la mobilité et le mobility management. Un constat : nous voyagerons de plus en plus…la Mobilité se transforme et se construit au fur et à mesure qu’elle accélère… Elle est inéluctable mais, au bout du compte, pour quelle finalité : économique, écologique, humaine, toutes à la fois et en même temps ? Est-ce possible, envisageable, indispensable, inéluctable ? Hélène Billon (Orange) et Georges Amar nous répondent.

Suivez-nous et likez !

François Piot, président de l’OVE : la LLD dans la mobilité d’aujourd’hui et de demain…

Ce second volet de l’interview de François Piot permet d’aborder l’avenir de la LLD (Location de longue durée) dans la mobilité sous sa forme actuelle et surtout dans ses développements à venir. Ne va-t-elle pas finir comme simple brique dans un ensemble qui échapperait aux loueurs eux-mêmes. Ou au contraire va-t-elle parvenir à s’insérer, s’intégrer dans les offres de multimodalité même si les différents acteurs des différents secteurs ont encore bien du mal à communiquer et surtout travailler ensemble.
Enfin, on en apprend plus sur l’OVE (l’observatoire des véhicules d’entreprise), ses axes de développement, les nouveaux outils et/ou publications en chantier, etc. Pour tout savoir, il suffit de regarder et d’écouter. C’est ici et maintenant !

 

Suivez-nous et likez !

Fullcar Services : les non-motorisés aussi

Constatant la demande « sociétale » pour la circulation sans nuisances, le spécialiste de la gestion de flottes Fullcar Services étend ses services aux nouveaux modes de mobilité en free-floating tels que scooters, vélos et trottinettes. L’entreprise assure notamment le repositionnement, la recherche des matériels égarés, privatisés ou déplacés hors des zones-cibles, le contrôle, le nettoyage, les interventions de maintenance mécanique et électrique, la pression des pneumatiques, la recharge des batteries pour dix acteurs du secteur totalisant 7 500 véhicules. Ces différentes activités sont désormais regroupées sous le nom Fullcar Sharing.

Suivez-nous et likez !

47 % des possesseurs d’une voiture prêts à l’abandonner ?

Selon une étude menée par le cabinet Wavestone en partenariat avec Elabe sur la mobilité de demain auprès d’un échantillon de 1 001 Français âgés de 18 ans et plus, la mobilité de demain devra avant tout être inclusive et respectueuse de l’environnement

41 % des Français se déclarent prêts à se déplacer dans une voiture ou une navette 100 % autonome dès lors que ces véhicules seront disponibles.

Les Français abordent la mobilité de demain sous l’angle de la responsabilité sociale et environnementale. Pour une majorité d’entre eux, la mobilité de demain devra être financièrement accessible (53 %) à tous les publics comme les personnes âgées, isolées ou handicapées (50 %) mais aussi respectueuse de l’environnement (47 %). Parmi les critères les plus importants, un gros tiers des répondants place ensuite la sécurité et la réduction des accidents (40 %) puis la sûreté et la réduction des agressions (36 %). La fluidité, sélectionnée par un quart d’entre eux, concerne plus particulièrement les habitants de banlieue (32 %). Quant à la rapidité, présente pour 2 Français sur 10, elle est davantage évoquée par les jeunes (29 %) et les habitants des très grandes villes (25 %).
Alors que la voiture hybride représente une faible part du parc automobile national, elle fait quasiment jeu égal (41 %) avec les voitures essence ou Diesel (43 %) dans les intentions d’acquisition de nos concitoyens. Étonnamment, les 18-24 ans font encore preuve d’une appétence particulière pour les moteurs Diesel (31 % vs 17 % pour l’ensemble des Français). La voiture 100 % électrique ne fait l’objet que de 12 % des intentions d’acquisition des Français.

47 % des possesseurs d’une voiture prêts à l’abandonner

Selon l’étude, 47 % des possesseurs d’une voiture se déclarent prêts à l’abandonner. Ce taux est encore plus important chez les 18-25 ans (54 %) et les 25-34 ans (55 %) ainsi que chez les habitants de villes centre et de banlieue (53 %). Parmi les solutions alternatives qu’ils privilégient figurent les transports collectifs (33 % et même 41 % chez les 25-34 ans), la marche à pied (30 %), le vélo (27 % et 42 % chez les 18-24 ans), sachant que les répondants disposaient de plusieurs réponses possibles.
De nombreuses solutions alternatives à la possession d’une voiture sont également envisagées (là encore avec plusieurs réponses possibles) avec en tête le covoiturage (23 %) puis l’autopartage (19 %), la location de voiture auprès de professionnels (16 %), la location de voiture auprès de particuliers (16 %) et enfin les taxis et VTC (15 %).

Pour la voiture : flexibilité et insuffisance des alternatives

Les 53 % de conducteurs qui souhaitent conserver leur voiture mettent en avant la couverture insuffisante de leurs besoins de mobilité par les solutions alternatives. En premier lieu, la flexibilité horaire (56 % et 70 % chez les cadres), puis le manque d’accessibilité desdites solutions (48 % et 62 % chez les ruraux), leur trop faible couverture en destinations (34 % et 41 % chez les cadres) et enfin le temps de trajet trop long (30 %).
De manière étonnante encore une fois, les arguments ayant trait au plaisir de conduire sont deux fois plus répandus chez les jeunes. Ils déclarent ainsi aimer conduire leur voiture (62 % chez les 18-24 ans, contre 34 % au global), préférer le confort de leur voiture (62 % chez les 18-24 ans contre 28 % au global). Ils mettent aussi davantage en avant l’argument de la sécurité : 34 % se sentent en sécurité dans leur voiture, contre 19 % pour l’ensemble des répondants.
Enfin, à l’issue de cette enquête, les Français se montrent plutôt ouverts aux véhicules autonomes : 41 % se déclarent prêts -une fois que ces véhicules seront disponibles- à se déplacer dans une voiture ou une navette 100 % autonome. Le chiffre monte jusqu’à 48 % chez les 18-24 ans et 51 % chez les cadres.

Suivez-nous et likez !

Indigo weel : vélos, scooters et voitures électriques en libre-service

Les flottes de vélos Indigo weel seront bientôt complétées par des scooters et des voitures électriques.

Filiale du groupe Indigo qui construit, finance et exploite des solutions de stationnement, l’opérateur de mobilité Indigo weel s’est lancé dans l’aventure des vélos en libre-service sans station en décembre 2017, à Metz. Après avoir convaincu sept villes françaises et déployé plus de 9 000 vélos, il a présenté ses nouveaux services et dévoilé ses ambitions de développement. L’entreprise enrichit son offre avec prochainement des scooters et des voitures électriques accessibles via la même application mobile, se présentant ainsi comme la première plateforme multimodale française. La flotte Indigo weel comptera donc des vélos, des scooters et des voitures électriques en libre-service, avec un écosystème unique de stations de recharge pour les deux-roues.

Suivez-nous et likez !

Routes connectées : Lacroix City annonce deux produits

Les unités routières de Lacroix City à venir en 2019 seront équipées de la puce C-V2X de Qualcomm.

Lacroix City, acteur de la mobilité intelligente en France, souhaite faire évoluer son portefeuille actuel de solutions de transport intelligent pour inclure les technologies de communication directe C-V2X (du véhicule à d’autres dispositifs) dans sa gamme de produits. Grâce à son évolution vers la 5G New Radio (5G NR), le C-V2X est conçu pour améliorer la sécurité routière, la conduite automatisée et la fluidité du trafic. Il joue un rôle essentiel dans le développement des routes intelligentes. Les nouvelles unités routières (RSU) de Lacroix City, équipées de la solution 9150 C-V2X de Qualcomm et compatibles C-V2X, seront disponibles au premier trimestre 2019 sous la marque Lacroix Neavia et apporteront des fonctionnalités évolutives.

Suivez-nous et likez !

Car2go : l’autopartage à Paris en 2019

Car2go, qui est l’un des principaux fournisseurs de services de mobilité de Daimler AG, a annoncé le lancement d’un service d’autopartage flexible sans station à Paris dès le début de l’année prochaine. La ville-lumière sera la quatrième après Amsterdam, Stuttgart et Madrid, où Car2go propose un parc de véhicules électriques. Dans un premier temps, 400 Smart Fortwo EQ seront déployées et au cours de l’année 2019, plusieurs centaines de véhicules supplémentaires devraient être ajoutés. Les utilisateurs disposeront d’une application gratuite sur smartphone qui leur permettra de louer des Smart et des Mercedes-Benz dans 25 villes en Europe, en Amérique du Nord et en Chine. Le parc mondial actuel de Car2go est de 14 000 voitures.

Suivez-nous et likez !

GNC : 45 € pour rallier Barcelone à Paris

La Leon 1.5 l TGI est alimentée au gaz naturel carburant par défaut et dispose d’un réservoir d’essence en secours.

Antonio Calvo, directeur de la mobilité viable chez Seat, a testé durant plus de 1 000 km une Leon 1.5 TGI roulant au GNC entre Barcelone et Paris. Le premier avitaillement a lieu en quittant Toulouse, après plus de 400 km à une vitesse moyenne de 120 km/h. Nouvel arrêt à Limoges après 684 km : la dépense est de 25 € pour environ 24 kg de gaz.
À l’issue des 392 derniers kilomètres jusqu’à Paris, la Seat a couvert la distance totale de 1 076 km pour une consommation moyenne de 3,6 kg de gaz aux 100 km et un prix de 45 €. Si les économies sont l’un des avantages du Gaz Naturel Carburant, une voiture ainsi alimentée réduit les émissions de CO2 de 25 % par rapport à une voiture à essence et les oxydes d’azote de 75 % par rapport à une Diesel.

Suivez-nous et likez !

Derniers articles

Dans la même rubrique

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial