Aller au contenu principale Accéder au menu
LE MÉDIA 100% DÉDIÉ À LA MOBILITÉ

Renault digital assets

Environnement Nouvelles énergies (biocarburants, hydrogène…) Pollution

Climat, un bilan 2015-2019 alarmant !

Cet article a été écrit par , le 04/11/2019

Selon le GIEC, tout ce qui est fait aujourd’hui pour limiter les émissions de gaz à effet de serre n’auront un effet qu’en… 2050, pas avant !

L’organisation météorologique mondiale (OMM) a publié un rapport intégré dans une synthèse élabore par des institutions et autres organismes réunis par le Groupe scientifique consultatif sur le climat et ce, à l’occasion du Sommet Action Climat 2019 de L’ONU. Ce rapport qui étudie le changement climatique sur la période 2015-2019, montre qu’il s’agit là de l’épisode le plus chaud jamais enregistré. Le climat général s’est ainsi réchauffé de 1,1 ° Depuis l’ère préindustrielle et de 0,2° C sur ces seules cinq dernière années.

Il nous faudrait une augmentation d’1,5 ° C seulement…

Canicules, tornades, incendies…

Toujours sur cette même période, le niveau des océans s’est élevé d’une moyenne de 5 mm par an contre 3,2 mmm depuis 1993. Une montée des eaux essentiellement due à la fonte accélérée des glaciers et des calottes glacières. Concomitamment, ont ssiste régulièrement à des fortes chaleurs, des canicules estivales, des ouragans dévastateurs et des incendies encore jamais rencontrés et qui contribuent eux-aussi à l’augmentation des émissions de dioxyde de carbone…

Le nombre des événements climatiques extrêmes sera multiplié par 50 d’ici à la fin du siècles rien n’est fait, et par 20 si l’augmentation de température se limite à 2°C.

Le Groenland perd chaque année beaucoup de glace et l’Antarctique six fois plus qu’en 1980… Résultat les niveau des océans ne cesse de monter et ses eaux s’acidifient… Et même si les pays signataires de l’Accord de Paris se sont engagés à maintenir les l’augmentation des températures au-dessous de 2° Centigrades, l’on va très vraisemblablement atteindre les 3° C. Il y a donc urgence à œuvrer si l’on ne veut pas que notre belle planète bleue si belle ne deviennent un enfer où l’on se batte pour l’air, l’eau, etc.
Source : WMO, the global climate en 2015-2019 : http://public.wmo.int . Et le journal : L’Écologiste.

Suivez-nous et likez !

Derniers articles

Dans la même rubrique

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial