Aller au contenu principale Accéder au menu
LE MÉDIA 100% DÉDIÉ À LA MOBILITÉ

Renault digital assets

Environnement Vision d’experts

Chine 2050 : une économie développée et zéro émission de carbone…

Cet article a été écrit par , le 01/12/2019

La Commission sur les transitions énergétiques (ETC*) a publié un rapport intitulé « Chine 2050: une économie riche en carbone zéro. »

Chine, consommation d’énergie par secteur.

Réalisée en partenariat avec le Rocky Mountain Institute (RMI), le rapport montre qu‘il est techniquement et économiquement possible pour la Chine de devenir simultanément une économie pleinement développée et d’atteindre des émissions nettes de carbone zéro d’ici le milieu du siècle. Toujours selon le rapport, pour atteindre cet objectif, l’investissement requis peut facilement être réalisé, étant donné que la Chine taux d’épargne et d’investissement élevé, et l’impact sur le produit intérieur brut (PIB) de la Chine en 2050 sera minime. S’engager à atteindre zéro émission d’ici 2050 stimulera les investissements et l’innovation, apportera également d’importantes améliorations à la qualité de l’air local et permettra à la Chine d’établir un leadership technologique dans de nombreux secteurs. « Pour que le monde atteigne les objectifs de Paris en matière de climat, il est essentiel que la Chine dispose d’une stratégie visant à atteindre des émissions nettes nettes d’ici le milieu du siècle,» a déclaré Adair Turner, président de l’ETC *.

Rôle économique important

Chine, électrification en 2050.

Compte tenu du rôle central de la Chine dans l’économie mondiale, de ses vastes ressources en énergies renouvelables et de son leadership technologique dans des industries clés, la Chine est particulièrement bien placée pour diriger la transition énergétique mondiale et pour décarboniser complètement son économie d’ici 2050. Ce rapport montre sa technicité économique et décrit les mesures que les décideurs et les entreprises doivent prendre pour saisir cette opportunité : « Le rapport représente six mois de travail et couvre tous les secteurs de l’économie chinoise. Il s’appuie sur des analyses antérieures de l’ETC et sur une revue de la littérature plus large. Il intègre également les commentaires issus de plusieurs séries de consultations avec des représentants de sociétés, d’universités et d’institutions chinoises, ainsi que de sociétés et d’institutions internationales opérant en Chine », a déclaré Chen Ji, responsable du secrétariat chinois d’ETC. Le rapport montre comment la Chine peut réduire la demande énergétique finale, alors que le niveau de vie continue d’augmenter. La réduction de la demande d’acier et de ciment, l’utilisation plus circulaire de tous les matériaux – en particulier des plastiques – et les avantages inhérents à l’efficacité énergétique obtenus grâce à l’électrification des transports de surface et du chauffage des bâtiments permettront à la Chine de jouir d’un PIB par habitant et d’un niveau de vie trois fois plus élevés que le niveau actuel, tout en ramenant la demande énergétique finale de 88 exajoules (EJ) à 64 EJ en 2050. Selon cette même projection, le secteur industriel connaîtrait la réduction la plus significative (moins 30 %), mais continuerait à représenter 60 % de la demande d’énergie finale en 2050. La demande totale d’énergie primaire de la Chine pourrait chuter de 45 %, passant de 132 EJ aujourd’hui à 73 EJ en 2050. Cela entraînerait, entre autres, un changement radical des sources d’énergie, la demande en combustibles fossiles chutant de plus de 90 %, tandis que les énergies non fossiles seraient multipliées par 3,4. Du côté de l’offre, pour atteindre des émissions nettes nettes, il faudra la décarbonisation totale de la production d’électricité et l’expansion massive de la consommation d’électricité d’environ 15 000 térawattheures (TWh) en 2050, contre 7 000 TWh en 2018 environ. La production totale d’électricité pourrait provenir de ressources éoliennes et solaires, avec différentes options de stockage et de flexibilité du réseau qui aident à équilibrer l’offre et la demande. Cela pourrait également nécessiter une augmentation de plus de trois fois de la production et l’utilisation de l’hydrogène, passant de 25 millions de tonnes à plus de 80 millions de tonnes en 2050. N’oublions pas en effet que le ministre actuel de l’industrie chinoise (ancien ingénieur chez Audi…) a mis en place toute une filière métrique et mise aujourd’hui sur l’hydrogène à travers un plan d’envergure à la chinois… C’est dire !

Autres sources d’énergie

Chine, part de l’hydrogène décarbonaté en 2050.

L’augmentation de la production de bioénergie ainsi que le captage et le stockage ou l’utilisation du carbone joueront également un rôle important. Le rapport met en évidence les actions sectorielles clés pour atteindre l’objectif zéro carbone du type :
Accélérer l’augmentation massive de la production d’électricité renouvelable en améliorant la capacité de stockage, la flexibilité et la réponse à la demande. Utilisation de l’électrification, de l’hydrogène, du captage et du stockage du carbone et de la bioénergie pour parvenir à la décarbonisation complète d’industries lourdes telles que l’acier, le ciment et les produits chimiques (ammoniac, méthanol et produits chimiques de grande valeur).
Électrification totale des transports de surface (services routiers et ferroviaires) tout en soutenant une utilisation multipliée par trois des transports aux niveaux typiquement européens.
Utilisation de biocarburants, de carburants synthétiques, d’hydrogène ou d’ammoniac pour la décarbonisation de l’aviation internationale et des transports maritimes sur de longues distances, combinée à l’utilisation de piles à hydrogène électriques et des options hybrides sur de courtes distances. Une évolution vers une économie plus circulaire, avec une utilisation beaucoup plus efficace et un recyclage plus important de matériaux clés tels que l’acier, le ciment, les engrais et les plastiques.
Le déploiement plus large de technologies avancées de pompe à chaleur et d’isolation de bâtiment ultramoderne pour le chauffage et la climatisation des maisons et des bureaux sans aucun impact sur le carbone, le transport de la chaleur perdue industrielle sur de longues distances et la biomasse jouant également un rôle dans conditions.

Politique dynamique et énergique
sur la transition énergétique

Chine, consommation de plastique paer personne.

Les principaux leviers politiques pour accélérer la transition devraient inclure : Des politiques claires pour soutenir l’investissement accru dans un système électrique zéro carbone, y compris les systèmes de production, de transport, de distribution et de stockage d’énergie. Un système national de prix du carbone pour favoriser la décarbonisation dans l’ensemble de l’économie, en particulier dans l’industrie lourde. Une réglementation stricte pour conduire l’électrification des transports de surface et du chauffage des bâtiments, ainsi que de l’amélioration constante des normes d’isolation des bâtiments. Réglementations et incitations visant à soutenir une économie de plus en plus circulaire du recyclage et de la réutilisation des matériaux, en particulier dans le secteur des plastiques. Marchés publics destinés à stimuler la demande de produits à faible émission de carbone. Soutien public au développement et au déploiement rapide des nouvelles technologies nécessaires à la création d’une économie sans carbone. «La Chine a les avantages institutionnels, financiers et technologiques de« concentrer ses ressources pour mener à bien de grandes entreprises », ce qui la rend bien placée pour stimuler les investissements à long terme et à grande échelle une fois les objectifs stratégiques fixés. Cela aide à jeter les bases solides permettant à la Chine de poursuivre ses objectifs zéro carbone d’ici 2050 et de bénéficier des avantages économiques et environnementaux qui en résulteraient », a déclaré Jules Kortenhorst, PDG de RMI. À noter que de son côté l’Europe a des ambitions identiques avec l’annonce d’un « Green New Deal”, pris en mains par Thierry Breton, le tout récent nommé Commissaire européen en charge de nombreux dossiers dont la défense, les services, le numérique, etc. aux côtés de l’Allemande Ursula von der Leyen, nouvelle présidente de la Commision Européenne.
– Pour lire le rapport complet sur le site de l’ETC : http://www.energy-transitions.org/china-2050-fully-developed-rich-zero-carbon-economy .

* La commission de transition énergétique (ETC) est une coalition mondiale de chefs de file du secteur de l’énergie (producteurs d’énergie, industries à forte intensité énergétique, fournisseurs de technologie, acteurs financiers, ONG environnementales) engagés dans la réalisation de l’objectif de Paris visant à limiter le réchauffement climatique en dessous de 2 ° C et idéalement le plus près possible de 1,5 ° C. En Chine, l’ETC travaille en partenariat étroit avec le bureau de l’Institut Rocky Mountain Institute (RMI) à Beijing, qui fait office de secrétariat de l’ETC Chine. RMI est une organisation à but non lucratif, indépendante et non partisane… dont la mission est de transformer l’utilisation énergétique mondiale pour créer un environnement propre, prospère et sécurisé. avenir sobre en carbone. C’est un membre de l’ETC.

Suivez-nous et likez !

Derniers articles

Dans la même rubrique

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial